Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Un vent, comme le jonc flexible ;
Les courbe tons ; jeunes et vieux.
Oh ! de quelle bouche invisible
Souffle ce vent mystérieux !