Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comme leurs yeux troublés de sentiments contraires
Se baissaient devant lui,
Il dit: Allez en paix! allez en paix, mes frères,
Vous qui m'avez trahi!
Vivez, et que jamais sous vos pas ne s'entr'ouvre
Un piège inattendu,
Que la main du Seigneur vous assiste et vous couvre,
Vous qui m'avez vendu !