Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Si, comme nous, dont l’oeil voit l’aspect véritable,
Tu pouvais, dans l’espace étrange et redoutable,
Voir, partout à la fois, à toute heure, en tous lieux,
En roses sur la terre, en phosphores aux cieux,
En fleurs, en fruits, en sève, en pàrfum, en aurore,
La pourriture énorme et magnifique éclore !

LXIII Les anges du Seigneur