Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dans le monde meilleur que rêve mon caprice,
Tout chantera; le chant du travail est l'ami;
Et, malgré La Fontaine et grâce à Paul Meurice ,
La cigale dira son fait à la fourmi.

Un jour, tout finira par être l'harmonie;
Chante en attendant, Jeanne. Au zénith, au nadir,
Dieu collabore avec une lyre infinie
Un passereau qui chante aide un chêne à grandir.

Quiconque chante émeut la nature ravie;
La mùsique est la soeur des rayons réchauffants;
Une chanson éparse est utile à la vie;
Chantez, petits oiseaux; chantez, petits enfants.

Le soir, à l'heure où l'ombre endort les nids qui rêvent,
Quand tout s'éteint, un astre apparaît au couchant,
Quand tout se tait, les voix de l'infini s'élèvent,
La nuit veut une étoile et le silence un chant.

16 janvier 1876.


Le Maître d'école, drame de Paul MEURICE.