Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXII Au bord des flots, ==


Au bord des flots, au sein des sombres Babylones,
Reste à jamais debout sur les hautes colonnes!
Veille sur nos vaisseaux et veille sur nos tours!
Sois toujours fier de nous! Libre, calme, sereine,
La France a l'avenir! La France est encor reine!
Ton empire est tombé, ton peuple vit toujours.

Une aube meilleure
Sur nous brillera.
 
Nous attendons l'heure,
Mais l'heure viendra!
Comme Dieu lui-même
Qui récolte et sème
Dans l'immensité,
Notre auguste France
A la patience
De l'éternité!
En vain Londre et Moscou, dans leur rage inféconde,
L'une hors de l'Europe et l'autre hors du monde,
Ont mutilé la France alors que tu tombas;
Et sur nos maux profonds qui saignent et s'irritent
Ont posé, comme un vase où des serpents s'agitent,
Une fragile paix pleine de sourds combats!

Une aube meilleure
Sur nous brillera...