Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ce qu'en vous voyant si belle
Je sens d'extase et d'orgueil,
Respectueux et fidèle,
Je le dis à votre seuil.

Ce qu'en ma pensée éveille
Votre oeil si fier et si doux,
.Votre bouche-si vermeille,
Je le dis à vos genoux.

Ce que tu mets dans mon. âme,
Où toujours tu régneras,
D'amour,. d'ivresse et de flamme,
Je veux le dire en tes bras.

Décembre 1844.