Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


IX CHANSON


Il suffit de bien peu de chose
Pour troubler l'ordre des saisons

Et cet azur dont se compose
La splendeur de nos horizons;

Ma bien-aimée,,il peut suffire,
Selon des lois que Dieu connaît,
Pour perdre ou sauver un empire,
D'un enfant qui meurt ou qui naît;

Il ne faut, au milieu de Rome
Et d'un peuple qui suit un char,
Qu'un peu de fer aux mains d'un homme
Pour ôter le monde à César.

Les petites causes sans peine
Produisent des effets bien grands;
Mais le plus hardi capitaine,
Mais le plus hautain des tyrans,

Mît-il en flamme Europe, Asie,
Troublât-il la terre et la mer,
N'ôtera pas sa fantaisie
Au doux rêveur qui veut aimer!.

17 mai 1846.