Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Sur un autre banc. Deux prêtres.

L’ABBÉ CARON
Fils, le but, c’est l’église, et Dieu c’est le moyen ;
Cela n’empêche pas Dieu d’être Dieu ; mais ; prêtres,
Nous sommes serviteurs avant d’être les maîtres ;
Le prêtre est roi, depuis Moïse et Salomon ;
Ce qu’on nomme l’esprit humain, é’est le démôn ;
La raison est un mot que le dogme rature ;
Et c’est pourquoi souvent, corrigeant la nature,
Ce que le ciel permet, le prêtre le défend ;
Quand on entend parler le diable dans l’enfant,
Il faut sévir, il faut lui dire de se taire.

L’ABBÉ DE LAMENNAIS
Et c’est ainsi qu’étant Porée, on fait Voltaire.

Sur un autre banc.

UN VIEILLARD
Vous donnez une charte au peuple ; qui se perd,
Pour qu’il soit sage. Eh bien, c’est terrible, il s’en sert…

UN AUTRE VIEILLARD
Pour être libre.

Sous les arbres.

UNE JEUNE FILLE
Non !

UN JEUNE HOMME
Que le sein soit de marbre,
C’est bien, mais pas le cœur.

LA JEUNE FILLE
Laissez-moi !

LE JEUNE HOMME
Sous un arbre
On s’emb