Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


a brune ?

MILLION
Empereur de la Chiner.

CROQUEFER
Empereur de, la luné !
Ils se reconnaissent :

MILLION
C’est toi, drôle ?

CROQUEFER
C’est toi, canaille ! — touche là.
Ils se serrent la main.

MILLION
Que viens-tu faire ici ?

CROQUEFER
J’allais comme cela
Devant moi, trébuchant dans l’obscurité grande.
Dieu ! quelle sombre nuit ! Cartouche avec sa bande
A passé par ici. N’ayant pas, le coquin ;
Trouvé de pauvre diable à qui prendre un sequin,
Ayant aux carrefours en vain tendu ses toiles,
Il a pillé le ciel et volé les étoiles.
-Toi, que faisais-tu là ?

MILLION
-Je rêvais.

CROQUEFER
O vertus !
Sais-tu, mortel rêveur, que nous sommes vêtus
Comme d’affreux laquais payés à coups de gaules,
Et qu’on voit des haillons flotter sur nos