Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ah ! c’est toi, vieux singe !
Disent les cathos
Qui battent leur linge
Au bord des bateaux,

Drôlesses ingambes,
Et que j’aime à voir
Se laver les jambes
En chantant le soir.

J’ai près d’une belle
Respect et bon ton ;
Je lui dis mamselle ;
Ça flatte Goton.

Quand j’ai d’aventure
Fait quelque bon coup,
J’en mène en voiture
Quelqu’une à Saint-Cloud.

J’invite à ma table,
Pour un fin soupé,
La plus respectable,
Une franche p.
 
Les sergents de ville,
Valets du plus fort,
Ont l’âme si vile
Qu’ils me font du tort.

Sous la raison basse
Que j’ai pris parfois
Leur bourse qui passe
A d’affreux bourgeois,