Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


t mal.
Il fit d’une fange immonde
Le monde,
Et d’un fiel amer
La mer.

Tout se tient par une chaîne
De haine ;
On voit dans les fleurs
Des pleurs. ,
 
Tout ici-bas, homme, femme,
Vie, âme,
Est par Ananké
Manqué.

Aussi, lorsque l’homme achève
Son rêve,
Quel triste avorton
Voit-on !

Homme, mon frère, nous sommes
Deux hommes
Et, pleins de venins,
Deux nains.

Ton désir secret concerte
Ma perte,
Et mon noir souhait
Te hait ;

Car ce globe où la mer tremble
Nous semble
Pour notre appétit