Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Chez les fleurs vous êtes les reines ;
Nous le dirons
Aux bois, aux prés, aux marjolaines,
Aux liserons.

Avec l’oiselle l’oiseau cause,
Et s’interrompt
Pour la quereller d’un bec rose,
Aux baisers prompt.

Donnez-nous, gaîtés éphémères,
Futurs tendrons,
Beaucoup de baisers. — A vos mères
Nous les rendrons.

XV JEAN, JEANNE, JEANNOT


La forêt grelotte ;
La nuit tombe ; il pleut ;
J’entends la roulotte
De Braine-l’Alleud.
Un beau jour un ange,
Nommé le Baiser,
Vint dans une grange,
Pour se reposer.

La forêt grelotte ;
La nuit tombe ; il pleut ;
J’entends la roulotte
De Braine-l’Alleud.