Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Il y trouva Jeanne,
Il y trouva Jean ;
Jean n’était qu’un âne ;
L’ange dit : hi-han !

La forêt grelotte ;
La nuit tombe ; il pleut ;
J’entends la roulotte
De Braine-l’Alleud.

L’âne comprit l’ange.
Regardez plutôt
La miche que mange
Le petit Jeannot.

La forêt grelotte ;
La nuit tombe ; il pleut ;
J’entends la roulotte
De Braine-l’Alleud.

1865.

XVI LE CHANT DU VIEUX BERGER


Je suis vieux, mais, ô lauriers-roses,
Ô lys, cela n’empêche pas
Toutes sortes de tendres choses,
Toutes sortes de frais appas,

De s’épouser, rayons, haleines,
Dans les champs pleins de douces voix,
Et l’aube de dorer les plaines,
Et l’oiseau de chanter au