Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SEDAN ==


C'est bien. Essuyez-vous. France; Prusse, lavez
Toi, ton opprobre; toi, ta gloire. Vous avez
Chacune une rougeur au front; la honte épaisse
Sur toi, France; et sur toi, la Prusse, ton espèce
De victoire. César, quel pourboire veux-tu?
Cinq milliards. C'est fait. Empoche. Honneur, vertu,
Pudeur, fraternité, probité, passez, ombres!

L'avenir curieux viendra voir ces décombres
Qu'on appelait jadis justice, droit, raison.
Comme la ronce croît! `Comme la trahison,
La conquête, le vol, le meurtre et les rapines
Prospèrent vite, et sont fécondes en épines,
En nuit noire, en horreur, sur le temple abattu!
Comme un roi; d'or, de pourpre et dé haine vêtu,
Ploie et courbe à son gré la race la plus fière,
Et comme il est facile aux empereurs ,de faire
D'un peuple leur esclave et d'un lion leur chien!
Soyez russe, borusse, anglais, autrichien, -
Soyez lè coq, soyez l'aigle, soyez le cygne,
Votre maître vous tient, et n'a qu'à faire, un signe
Pour qu'il ne reste plus de vous, peuple détruit,