Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Je marchais; j'entendais, comme tombait la nuit,
Des amants se parler dans l'ombre à petit bruit;
Des lèvres se cherchaient dans l'obscure feuillée;
Maint couple était assis dans l'herbe un peu mouillée;
Et moi, j'adorais Dieu qui, dans les bois charmants,
Pour le poète errant au milieu des amants,
Mêle à ce doux mystère entrevu sous des voiles
Le spectacle splendide et profond des étoiles.

30 octobre 1846.