Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s crions.

Dieu! les hommes, têtes basses,
Yeux charnels,
Raillent l'abîme. où tu passes,
Tes profondeurs, tes.espaces
Éternels!

Ils crachent sur le grand voile
Du ciel bleu;
Blâment tout, mer, barque et voile;
Insultent l'ombre et l'étoile,
L'âme et Dieu!

Ils insultent l'aube pure,
L'air vital,
Le beau, le vrai, la nature,
Et cette sombre ouverture:
L'idéal!

Ils insultent l'invisible,
Le cyprès,
Le sort dont ils sont la cible,
L'onde, et le frisson terrible
Des forêts.

Ils insultent le pontife,
La lueur,

L'être, saint hiéroglyphe,
Et l'énigme sous ta griffe,
Sphinx rêveur!

Leurs voix sont prostituées,
Jéhovah!
Quand l'aigle entend leurs huées,
Il regarde les nuées
Et s'en va!