Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXV ENVOI


Tu sais; ami rêveur qui vois ma destinée,
Quelle meute envieuse, âpre, immonde, acharnée,
Jappe après mes talons, et m'insulte, et me mord,
Comme si j'étais grand, comme si j'étais fort!
Mets sous clef ce poéme, et n'en parle à personne.
Cette meute surgit dès que mon clairon sonne,
Et rentre dans sa nuit sitôt qu'il a cessé.
Je. veux la condamner au silence forcé. -
Pour quelque temps du moins. -Cet oubli qui lui pèse
-Me plaît, et je me tais afin qu'elle se taise.

25 août 1843. Cauterets.