Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Vous qui, vainqueurs, avez mis, depuis vingt-cinq ans,
Maîtres sanglants qui rendrez compte,
Votre nuit sur la France en deuil, et sur les camps
Votre gloire qui leur fait honte,

Toi, prêtre, toi, soldat, chef des sombres exploits,
Que suit des yeux l'histôire triste;
Toi, juge escamoteur, qui du fourreau des lois
Tiras le poignard du sophiste,

Quand vous couvrez d'affronts haineux, de cris amers,
Et d'un tumulte de huées,
 
Cet homme qui longtemps, pensif au bord des mers,
Vécut le front dans les nuées,

Et qui, dans la candeur de ses calmes desseins,
Veut la justice égale et grande,
Avant de l'appeler défenseur d'assassins,
Attendez donc qu'il vous défende!