Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et voilà comme on flotte, esprit, barde, nuée.
Et voilà comme on va, tout furieux qu’on- est,
Dans l’azur, dans ce beau floréal qui renaît,
Dans l’hymen, dans l’amour, mais sans que Dante abdique,
Sans que la grande haine indignée et pudique
Cesse d’être au plus noir de. votre âme debout ;
Car sans cesse à travers tout ce printemps, partout,
Toujours l’âpre devoir reparaît ; et on erre
Semant sur son chemin des chutes de tonnerre.

27 juin 1875.