Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


e.

Toujours fut muette :
La ville où tombait’
L’odeur du squelette,
L’ombre du gibet.

Eux, que leur importe
A ces impudents,
Puisqu’ils ont leur porte,
Barree en, dedans ! ,

Qu’est-ce donc - ô proie !
O fortune ! ô sort -
Qui manqué à leur- joie ?
Tout n’est-il pas mort ?

Les créneaux sans nombre,
Le long mur dormant
Font un monceau d’ombre
Sur leur flamboiement.

Visible en ces brumes,
L’aigle menaçant
Passe entre ses plumes
Son bec teint de sang.

Leur dédain féroce
Nargue l’ennemi.
Leur tour est colosse,
Le reste est fourmi.
Sous ce mur immense
Se mettre en arrêt !
Dieu même en démence
Y réfléchirait.