Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les prostituées
Dans leurs alhambras
Comme des nuées.
Pssent dans leurs bras ;

Mathan les encense ;
Ils ont, à huis clos,
Tout ; l’or, la puissance,
Et la fange, à flots ;

Clairons ! vomitoires !
Votre acharnement
Remplace ces gloires
Par le châtiment !

Courage ! couràge !
Guerre à l’antre obscur !
Que l’immense outrage
Soufflette ce mur !

Guerre au nid pirate !
Dénoncez au ciel
Cette scélérate
Qu’on nomme Babel !

Que dans l’air qui tremble
Votre hymne écumant
Vole, éclate et semble
Un déchaînement !

Votre souffle d’ombre
Déjà donne aux tours
Un penchement sombre,
Effroi des vautours,