Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Malheur à ces fastes,
Aux jeux, aux concerts,
ces palais vastes,
A ces donjons fiers,

Emplissant l’espace,
Dans l’ombre aperçus ;
Si quelqu’un qùi passe
Vient souffler dessus !

Clairons ! ceux qui saignent
Ont l’air de dormir,
Les âmes s’éteignent.
On n’ose frémir.

La morne patrie
Se laisse accabler.
Que votre furie.
La fasse parler !

Que toute souffrance,
Que tout droit meurtri,
Reprenne espérance
Et jette son cri !

Que l’espace immense
Soit plein de clartés,
Et d’une semence
De cœurs irrités !