Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



ÉCRIT SUR UN EXEMPLAIRE DES CHÂTIMENTS

Le frissonnant essaim des pâles Euménides
Met les effrois
Dans l’homme, et ne veut pas laisser les âmes vides
Et les cœurs froids ;

Elles vont secouant sur nos fronts une chaîne
Avec des chants,
Leur fonction étant de nous emplir de haine
Pour les méchants ;

Et ces femmes de l’ombre, éparses et volantes,
Rôdent dans l’air,
Furieuses, et font.des colères trop lentes
Jaillir l’éclair ;

— Allons ! réveille-toi ! ne vois-tu pas Tibère ?
Viens ! fais un pas !
Est-ce que pour frapper la foudre délibère ?
Ne vois-tu pas

Le mal partout ; ici le crime et là le vice ;
Judas rêvant ;
Ce roi, ce juge, l’un achetant la justice
Que l’autre vend ?