Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une clarté livide entre en ce sombre lieu==


Une clarté livide entre en ce sombre lieu ;
Le jour semble y mourir, la mort y semble naître ;
Lézarde, écroulement, larmier, brèche, fenêtre,
On ne sait pas quel nom donnèr aux soupiraux ;
Et, cachant à demi des châssis sans vitraux,
Une guipure noire et difforme de branches
Et de feuilles frissonne aux ouvertures blanches.

==XXXVII