Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dieu.
A travers ce qu’on sent confusément bruire,
C’est lui qui fait trembler, c’est lui qui fait reluire
L’oeil sous le cil baissé, l’eau sous la berge en fleurs ;
Le rayon de la lune au bas des monts paisibles
Et le vague reflet des choses invisibles
Au front incliné des rêveurs.

XL L’épanouissement,

<