Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Conquérants, prêtres, rois.

L’épée est une fauve et sinistre, lionne ;
La tiare flamboie et la mitre rayonne,
Le trône, splendide escabeau,
Luit ; mais Dieu gtii dans l’ombre ouvre et ferme les fosses,
Fait saisir et broyer toutes ces grandeurs fausses
Par les mâchoires du tombeau.