Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



O siècle inachevé, plein d’angoisse et de doutes,
Où tout flotte et se mêle en un milieu diffus !
Que l’oeil avec terreur s’enfonce sous tes voûtes
Où les rois à tâtons, vont demandant leurs routes,
Car la concession perd comme le refus !

Quels bouleversements dans tes lointains sans nombre,
Que d’antres ténébreux sous tes rameaux touffus,
Redoutable avenir où le poète sombre
Voit les trônes pencher de plus en plus dans l’ombre
Sous un amas croulant d’évènements confus !
[1837 ?]

XLVIII Toujours sur cette mer sauvage