Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



N’écoutez pas, mon ange, en votre rêverie,
Paris aux mille voix qui là-bas pleure et crie.
Entends plutôt mon coeur qui parle à ton côté.
Ecoute-le chanter pendant que tu reposes.
Va, les soupirs d’un coeur disent bien plus de choses
Que les rumeurs d’une cité !

14 mai 1834. Butte Montmartre,
5 heures après midi.

LXI Relève ton beau front,