Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Oh ! de mon ardente fièvre
Un baiser peut me guérir.
Laisse ma lèvre à ta lèvre
S’attacher pour y mourir.

Ta bouche, c’est le ciel même.
Mon âme veut s’y poser.
Puisse mon souffle suprême
S’en aller dans un baiser !