Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




            II

Tu disais : « Ô soleils sans nombre !
      Nuit ! ciel en feu !
Dans vos clartés et dans votre ombre,
      Tout monte à Dieu.

Rien ne se perd ! Cendre, étincelle,
      Ramier, vautour,
Le moindre battement d’une aile
      Ou d’un amour,

Le chant du nid qui sous la feuille
      Va s’assoupir,
Du coeur pensif qui se recueille
      Chaque soupir,

Les rêves de l’âme enivrée,
      Du front qui bout;
La nature immense et sacrée
      Retrouve tout !

Car tout suit sa loi grave et douce !
      Tout à la fois !
L’herbe verdit, la branche pousse
      Au fond des bois,

La nuit endort les champs, la foule,
      Les mers, les monts,
Le vent fuit, l’astre luit, l’eau coule,
      Et nous aimons !