Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LXXXV Le prophète et le poète


Le prophète et le poète
Affirment l’être au néant ;
La terre écoute inquiète
Cet archange et ce géant ;
La foule aux vils dialogues,
Ce tas de loups et de dogues
Qui, rôdent sous le ciel bleu,
Tout ce noir troupeau qui nie
Aboie après le génie
Interlocuteur de Dieu.

Toute la sombre cohue
Des errants et des vivants
Craint les penseurs ; elle hue
Ces grands fronts, battus des vents ;
Elle s’écrié en sa haine :
« D’où vient qu’ils n’ont pas de chaîne,
Et planent quand nous fuyons ?
D’où vient que leurs coeurs flambôient?
Qu’est-ce donc que leurs yeux voient,
Pour avoir tant de rayons ? »

Quand les grands aigles fidèles
Dans l’âpre nuit sans amour . -
Vont, donnant de fiers coups d’ailes
Du côté du point du jour,