Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et la création semble une apothéose.
Comme un papillon donne un coup d’aile à la rose,
Là-bas l’aigle de mer tourne autour du récif.

Et moi qui suis assis au bord des flots, pensif,
Ne voyant même pas ces horizons sévères,
Regardant, nôir rêveur, dans la nuit des Calvaires,
Les Socrates mourants, les pâles Jésus-Christs,
J’écris ces vers au pied du Rocher des Proscrits,
Pendant qu’un hollandais, qui prétend être corse,
Met à l’esprit humain la chemise de force,
Et trône en pleine orgie, empereur des français,
Entre l’escroc Serment et la fille Succès.