Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CVII Je suis comme dans un cloître


Je suis comme dans un cloître ;
On dit de moi : « D’où vient-il ? »
Je sens à chaque heure croître
Le froid profond de l’exil ;
Je ne vois plus ma patrie ;
Toute ma joie est flétrie ;
J’ai blanchi, vieil affligé ;
La tombe, amis, me réclame ;
Comme il gelait dans mon âme,
Sur ma tête il a neigé.

==CVIII