Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/502

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’intérêt te fouette attelée
A sa charrette, ô muse ailée !
Il rit dé toi, le ventre plein ;
Il te broie en ses mains félonnes,
Et du disque de tes colonnes
Fait la meule de son moulin.
[1872-1874]

Oui, nos illusions s’éteignent flamme à flamme.
Et pourtant, que la gloire ou l’oubli le réclame,
Au matin de ses ans, au déclin de ses jours,
Chacun n’a-t-il pas dans son âme
Un songe qu’il rêve toujours ?

Les prophètes sont pleins d’un jour mystérieux ;
Ils songent, et l’on voit des lueurs dans leurs yeux,
Et c’est par leur clarté que se font reconnaître
Ces hommes transparents que l’avenir pénètre
[1875-1877]

Ecoutez ce que dit le ,voluptueux sombre :
- Le mal d’autrui s’ajoute à vos plaisirs dans l’ombre ;
Il est doux, quand le vent trouble, le gouffre amer,
D’être sur terre alors. qu’un autre, est sur la mer.
Carnet, 1861.