Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/509

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



[1838-1840]

C’est un sage, dites-vous ?

Et moi, je vous le dis, il fera cent folies.
C’est un homme amoureux ? C’est un homme nouveau.
L’amour, dont les chaleurs nous Montent au cerveau,
A bien vite, troublé 1a raison éclipsée.
Cent chimères qui font vacillèr la pensée;
Un brouillard qui remplit l’esprit d’illusions;
Un tourbillon confus de folles actions;
Sortent de ce brasier dont l’âme est consumée.
D’un feu qui brûle au coeur la tête a la fumée

[1840-1844]

Le fleuve se recourbe à nos pieds dans la plaine
Comme un grand fer forgé pour un cheval géant.
Album, 1836.

Les perles de rosée et les pleurs des tempêtes
Sont des gouttes des mêmes eaux ;
Le petit cri des nids répond aux flots sublimes ;
Le même pied remue, ô Dieu, tous les abîmes
Et balance tous les berceaux.