Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/510

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




LE REMORDS
Si vous êtes bon, juste et doux, vos actions
Volent dans votre nuit comme des alcyons ;
Le souvenir vous baise au front dans tous vos rêves ;
Si vous êtes bandit, si vous heurtez les glaives,
Si vous faites’ le mal, le souvenir vous mord
Dans l’ombre, avec les dents d’une tête de mort.
Carnet, 1856.

Le faux peut quelquefois n’être pas vraisemblable 54.
Je crois à la prière et je crois à mes fautes.
Carnet, 1874.

L’encens
Qui monte à Dieu du fond des lys reconnaissants.
[1838-1840]