Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/515

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Eh ! quoi ! vous affamez les nations, tyrans ?
Imbéciles ! la faim est un loup ; prenez garde
A la faim ; la misère est sinistre et hagarde ;
Ah ! baîllonnez du moins le peuple avec du pain !
[1868-1869]

Fais passer ton esprit à travers le malheur.
Comme le grain du crible, il sortira meilleur !
20 janvier 1835.

LES IVRESSES
La vigne gaie et verte et de grappes chargée,
Rit au seuil des maisons et grimpe jusqu’au toit ;
Le houblon est joyeux sur la terre et l’où voit
Dans les larges tonneaux où trempe sa guirlande
Mousser l’ale d’Ecosse ou le porter d’Irlande.
Carnet, 1861.

Il est bon d’être ancien et mauvais d’être vieux.
[1832-1836]

Pour cheveux blancs, cheveux gris c’est jeunesse 55
[1834-1836]