Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Que les filles d’Hellé chantant leur ronde austère
Dans Ipsara ;
Et l’intervention d’aucun pouvoir sur terre
N’arrachera

De mes mains ce tyran, ce juge, ce ministre,
Cet histrion ;
Pas plus qu’un souffle humain n’éteindrait le sinistre
Septentrion.

28 novembre.