Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les passants qui l’ont vu du crime réussi
Grossir l’immonde escorte,
Disent en l’entendant : Pourquoi donc celui-ci
Parle-t-il de la sorte ?

C’est qu’il a peur de Dieu ! c’est qu’il a peur des lois !
C’est que ce fourbe tremble !
C’est qu’il sent dans son cœur. frissonner à la fois
Tous les effrois ensemble !

C’est que, dans cette orgie où le Meurtre éhonté
Chante : Que nous importe !
Lui songe au cimetière où dort la Liberté,
La redoutable morte !

C’est que sur le festin il voit tomber le soir ;
C’est qu’en ce banquet sombre,
Il songe à l’avenir, incorruptible et noir,
Qui fait des pas dans l’ombre ;

C’est que la peine vient ! c’est qu’il se sent plier
Comme les branches d’arbre !
C’est que, pâle, il entend monter dans l’escalier
Un visiteur de marbre !

21 janvier.

XIX DES REMORDS ? LUI ! POURQUOI ?…