Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome II.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE ROI.
Au cul-de-sac Bussy.
M. DE LA TOUR-LANDRY.
Près de l’hôtel Cossé ?

LE ROI, avec un signe affirmatif.
Dans l’endroit où l’on trouve un grand mur.
M. DE LA TOUR-LANDRY.
Ah ! je sai.
Et vous la suivez, sire ?
LE ROI.
Une farouche vieille
Qui lui garde les yeux, et la bouche, et l’oreille,

Est toujours là.

M. DE LA TOUR-LANDRY.
Vraiment ?

LE ROI.
Et le plus curieux,
C’est que le soir un homme, à l’air mystérieux,

Très bien enveloppé, pour se glisser dans l’ombre,
D’une cape fort noire et de la nuit fort sombre,
Entre dans la maison.

M. DE LA TOUR-LANDRY.
Hé ! faites de même !

LE ROI.
Hein ?
La maison est fermée et murée au prochain !
M. DE LA TOUR-LANDRY.
Par votre majesté quand la dame est suivie,

Vous a-t-elle parfois donné signe de vie ?

lLE ROI.
Mais, à certains regards, je crois, sans trop d’erreur,

Qu’elle n’a pas pour moi d’insurmontable horreur.