Page:Hugo - Les Misérables Tome IV (1890).djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Hugo - Les Misérables Tome IV (1890) - V LA ROSE S’APERÇOIT QU’ELLE EST UNE MACHINE DE GUERRE.png


V

LA ROSE S’APERÇOIT QU’ELLE EST UNE MACHINE DE GUERRE



Un jour Cosette se regarda par hasard dans son miroir et se dit : tiens ! Il lui semblait presque qu’elle était jolie. Ceci la jeta dans un trouble singulier. Jusqu’à ce moment elle n’avait point songé à sa figure. Elle se voyait dans son miroir, mais elle ne s’y regardait pas. Et puis, on lui avait souvent dit qu’elle était laide ; Jean Valjean seul disait doucement : Mais non ! mais non ! Quoi qu’il en fût, Cosette