Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


drophobie, nous croyons pouvoir affirmer que, mise en rapport avec n’importe quel liquide, l’Éponge l’absorbe, le lèche, le liche jusqu’à la dernière goutte, comme si elle avait ingurgité du poivre.

Notons encore une des grandes qualités de l’Éponge : pour peu qu’on la presse, elle rend tout ce qu’elle a pris.

Quelques naturalistes ont voulu voir là de l’honnêteté, d’autres un raffinement romain. Vous le voyez, il y a toujours deux écoles.

Nous finirons par une remarque générale, — c’est que l’Éponge boit dans toutes sortes de récipients, mais de préférence dans les cuvettes, d’où son nom si connu d’intrépide vide-cuvettes.