Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 177

faiblesse d'intelligence. Cette explication est sans valeur et ne prouve rien. Dieu dirige celui qu'il veut. [Coran, sour. ii, vers, i 36.)

��CINQUIEME DISCOURS PRELIMINAIRE.

Qui traite des influences diverses que l'abondance et la disette exercent sur la société humaine, et des impressions qu'elles laissent sur le physique et le moral de l'homme.

Les climats tempérés ne sont pas également fertiles, et leurs habi- tants ne vivent pas tous dans l'aisance. Ils renferment quelques po- pulations qui ont une abondance de céréales, d'assaisonnements, de blé et de fruits, et ils la doivent à la force de la végétation, à la bonne qualité du sol et au grand progrès fait par la civilisation; mais, dans d'autres endroits, les habitants ne trouvent qu'un terrain brûlé P. i58. par la chaleur, où il ne pousse ni grain, ni herbe. Ces peuples, sou- mis à une vie de privations, sont les tribus du Hidjaz et du Yémen', et les tribus sanhadjiennes qui se voilent la figure, et qui occupent le désert du Maghreb et les régions sablonneuses qui séparent la contrée des Berbers de celle des noirs. Chez les peuples voilés, les grains et les a.ssaisonnements manquent tout à fait; leur seul aliment, c'est le lait et la chair de leurs troupeaux. Il en est de même des Arabes qui parcourent les régions du désert. Sans doute ils peuvent tirer des Tells (les hauts plateaux du Maghreb) les grains et les as- saisonnements dont ils peuvent avoir besoin, mais ils n'en trouvent pas toujours l'occasion, à cause de la surveillance des troupes pré- posées à la garde des frontières^; ils ne sont pas même assez riches pour y faire de grands achats; aussi, peuvent-ils à peine se pro- curer le strict nécessaire, bien loin d'obtenir de quoi vivre dans l'abondance. Presque toujours on les voit se borner à l'usage du lait, nourriture qui, pour eux, remplace parfaitement le blé. Eh

' Le Yémen est cependant un pays fer- des hauts plateaux pour y faire paître leurs

tile. troupeaux, ou pour acheter une provision

' Les tribus du désert^^ui , à l'approche de blé , sont obligées de payer un impôt au

de l'été, cherchent à entrer dans le pays gouvernement.

Prolégomènes. i3

�� �