Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/404

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


280 PROLÉGOMÈNES

familles est resté sans mélange et qu'elles surpassent toutes les autres' en esprit de corps. Le lecteur qui voudra bien peser ces observations ne se laissera pas induire en erreur. On ne doit pas ranger dans cette liste le Mehdi des Almohades, bien qu'il se soit donné pour un des- cendant d'Ali. Il n'appartenait pas à la famille qui commandait à sa tribu, les Hergha, mais il devint le chef de ce peuple après s'être illustré par son savoir et par son zèle pour la religion , et avoir rallié à sa cause toutes les branches de la grande tribu des Masmouda. Il était d'ailleurs d'une famille qui tenait un rang moyen parmi les Hergha-. Dieu connaît ce qui se cache et ce qui se montre.

Chez les familles qui sont animées d'un fort esprit de corps , la noblesse et l'illustration ont une existence réelle et bien fondée; chez les autres, elles ne présentent que l'apparence et le semblant de la réalité.

Ce sont les belles qualités qui procurent la noblesse et l'illus- p. 243. tration. Par le mot beît [maison , famille noble), nous entendons une famille qui compte au nombre de ses aïeux plusieurs hommes d'un rang élevé et d'une certaine célébrité. Avec de pareils ancêtres, on jouit d'une haute considération dans sa tribu •\ avantage qu'on doit au profond respect qu'on a su inspirer et aux nobles qualités par lesquelles on s'est distingué. L'homme naît et propage son espèce; aussi l'a-t-on assimilé à une mine (qui renferme et qui produit des choses précieuses). Notre saint Prophète a dit : « Les hommes sont des mines; ceux qui étaient les meilleurs avant l'islamisme, le sont sous l'islamisme ; pourvu, toutefois, qu'ils comprennent (les vérités de la religion). » Nous employons le mot illustration pour indiquer l'éclat qui entoure une extraction illustre. On a déjà vu que l'avan- tage réel d'une noble origine est de posséder une bande d'amis sur

' Pour <0'Lç<i£, lisez «oLyyax. * En arabe i_>.«».. hasb. Ce terme si- Voyez ci-devant, page 55, et l'Histoire gnifie proprement considération, mais Ibn des Berbers, t. II, page i6i. Khaldoun l'emploie dans ce chapitre et Littéral. « chez les gens revêtus de la dans plusieurs autres endroits de son ou- même peau que soi, c'est-à-dire, chez les vrage comme l'équivalent de charf (no- gens de la même race que soi. » blesse).

�� �