Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
PEER GYNT

PEER GYNT

Inébranlable comme un roc !


INGRID

C’est bien. Nous verrons qui pleurera le dernier ! (Elle descend la côte.)


PEER GYNT (reste un instant immobile, puis s’écrie)

Le diable soit de tous les souvenirs ! Le diable soit de toutes les femmes !


INGRID (tournant la tête vers lui, avec sarcasme)

Excepté une !


PEER GYNT

Oui, excepté une ! (Ils s’éloignent chacun de son côté.)



(Un lac de montagne aux bords humides et marécageux. Un orage approche.)

(Aase regarde de tous côtés et pousse des appels anxieux. Solveig est avec elle, la suivant avec peine. Derrière elles, à quelque distance, les parents de Solveig et Helga.)


AASE (gesticulant et s’arrachant les cheveux)

Tout est contre moi ! tout m’accable ! Le ciel et l’eau, et tous ces fjaells maudits ! Le ciel envoie du brouillard pour l’égarer ! L’eau traîtresse se dissimule pour le perdre ! Les fjaells le menacent de leurs avalanches. Et les hommes ! Les hommes le poursuivent ! Ils veulent le tuer ! Oh ! Dieu ! si cela leur réussissait pourtant ? Le petit monstre, qui s’est laissé tenter par le diable !