Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nation ainsi conduite marche à la mort ; elle se suicide, si elle n’a pas le courage de créer le coup de foudre, grâce auquel elle peut guérir.

Napoléon secoua la tête durant quelques secondes, comme s’il pesait les raisons exprimées par la courageuse femme.

Son regard aigu se fixait dans le vide.

Qu’entrevit l’Empereur dans l’avenir ? Quel conseil lui donna le point invisible qui attirait sa vue ? Il murmura :

— Vous avez raison.

À ce moment, un roulement de voitures, des piétinements de chevaux, se firent entendre sur la route.

— Vos compagnons de voyage, Madame, reviennent, amenant les serviteurs nécessaires pour que vous soyez servie comme il convient à la plus parfaite amie de l’Empereur. Daignerez-vous me consacrer la journée de demain ?

— Oui, Sire, mais je vous supplierai de me permettre de partir le soir même, car il importe que je me hâte de me montrer à Livourne, but avoué de mon voyage.

— Vous seule ordonnez ici, Madame. Demain donc, je vous dirai ce que j’aurai décidé. Je travaillerai cette nuit.

Puis, caressant la joue de l’enfant qui regardait curieusement :

— Il faudra que ta maman t’apprenne aussi ma réponse au roi de Rome. À demain, Madame, et merci.

Ce disant, Napoléon sortit et se trouva au milieu des chambellans ou valets, que Drouot et Espérat venaient de ramener de Porto-Ferrajo.

Henry aussi les accompagnait, les ayant rejoints dans la capitale de l’île, après avoir dépisté le colonel Campbell.

L’Empereur désigna un massif d’arbres dépouillés.

— Que l’on dresse ma tente, là.

Puis, pinçant l’oreille d’Espérat :

— Mon ami, lui dit-il, tu es venu me déranger. Pour te punir, tu travailleras avec moi cette nuit.

— Sire, je vous remercie.

— Bon, bon, tu seras moins reconnaissant à l’aube.

Se retournant, l’Empereur appela :

— Drouot !

Le général accourut.

— As-tu trouvé chez lui, M. l’administrateur des mines d’Elbe ?

— Monsieur Pons, oui, Sire. Il a attendu que l’obscurité fût tout à fait venue pour se mettre en route. Il arrivera avant une demi-heure.