Page:James Henry - L Eleve.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le jour suivant, après y avoir beaucoup pensé, il en vint à une décision et, la croyant juste, agit immédiatement. Il prit Mr et Mrs Moreen à part dans un coin et les informa que si, sur l’heure, on ne lui payait pas tout ce qui lui était dû, non seulement il quitterait leur maison mais encore il dirait exactement à Morgan pourquoi il était obligé de le faire.

— Oh ! vous ne le lui avez pas dit ? — s’écria Mrs Moreen, appuyant sa main sur son élégant corsage, d’un geste pacificateur.

— Sans vous prévenir ? Pour qui me prenez-vous ? — répondit le jeune homme.

Mr et Mrs Moreen se regardèrent. Pemberton put s’apercevoir qu’ils étaient sensibles à sa scrupuleuse délicatesse qui assurait leur sécurité, mais qu’il y avait en même temps quelque inquiétude dans leur soulagement.

— Mon cher ami, — demanda Mr Moreen, — quel besoin pouvez-vous avoir d’une telle somme d’argent avec la vie tranquille que nous menons ?

Demande à laquelle Pemberton ne fit aucune réponse, occupé qu’il était à noter que ce qui traversait l’esprit de ses patrons était quelque chose comme :

— Oh ! bien, si nous avons senti que notre enfant, cher petit ange, nous a jugés, et de quelle façon il nous regarde sans que nous ayons été trahis, c’est donc qu’il a tout deviné. Et donc il en est de même avec tout le monde !

Cette conclusion n’était pas sans agiter Mr et Mrs Moreen comme le souhaitait Pemberton. Mais, ayant supposé que sa menace pourrait provoquer en eux un changement d’attitude, il fut désappointé de les voir trouver tout naturel qu’il les eût déjà trahis. Comme ils étaient vulgaires ! Il y avait dans leur cœur une inquiétude mystérieuse et leur défiance à l’égard de Pemberton avait été pour eux une façon inférieure de la ressentir. Sa menace cependant ne les en toucha pas moins ; car, s’ils avaient échappé, ce n’était que pour courir un nouveau danger. Mr Moreen s’adressa à lui en homme du monde, fort de toutes ses traditions. Mais sa femme eut pour la première fois depuis que le jeune homme faisait partie de la famille, recours à une superbe hauteur, lui rappelant qu’une mère dévouée avait avec son enfant