Page:James Henry - L Eleve.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’adopter la ligne de conduite que l’on veut, mais pourquoi ses parents avaient-ils choisi cette existence d’arrivisme, de bassesse, de mensonge, de duperie ? Que leur avaient fait leurs ancêtres — tous gens comme il faut, autant qu’il pouvait le savoir — ou que leur avait-il fait lui-même ? Qui leur avait empoisonné le sang avec cet idéal social de cinquième ordre, cette idée fixe de se faire de grandes relations, de se pousser dans le monde chic, surtout quand ces tentatives étaient vouées d’avance à l’échec et à la honte. Ils laissaient tellement voir où ils voulaient en venir ! Cela faisait fuir les gens qu’ils poursuivaient. Et jamais une révolte de fierté blessée, jamais un frémissement de honte en se regardant l’un l’autre en face, jamais aucun sentiment d’indépendance, de rancune ni de dégoût ! Si seulement son père ou son frère en démolissaient un ou deux chaque année ! Avec tout leur esprit, ils ne devinaient jamais l’impression qu’ils produisaient.

C’étaient de braves gens certes — comme le sont les Juifs qui se tiennent devant la porte d’un magasin de confection. Mais était-ce là le modèle à souhaiter à sa famille ? Morgan avait de vagues souvenirs d’un vieux grand-père du côté maternel à New-York. On lui avait fait traverser l’Océan pour le lui montrer. Il avait une grande cravate, un accent américain très prononcé, portait l’habit le matin — ce qui permettait de se demander ce qu’il mettait le soir — avait, ou était supposé avoir du bien et s’occupait à un titre quelconque de la « Société biblique ». C’était forcément un type d’homme du genre respectable. Pemberton lui-même se rappelait Mrs Clancy, une sœur de Mr Moreen, restée veuve, aussi irritante qu’une histoire morale, et qui était venue passer quinze jours à Nice avec sa famille peu de temps après sa propre arrivée. Elle était « noble et pure », comme Amy le chantait au banjo, avec l’air de ne pas savoir de quoi on parlait et de garder par devers elle quelque chose d’assez important. Pemberton pensait que cette chose-là devait être son improbation de beaucoup des façons de faire des Moreen. Il fallait donc supposer qu’elle appartenait elle aussi au genre respectable et que Mr et Mrs Moreen, ainsi qu’Ulick, Paula et Amy auraient pu facilement, s’ils l’avaient voulu, en adopter un meilleur que le leur.