Page:James Henry - L Eleve.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pouvait-il faire de la misérable petite vie de Morgan ? Et, sans doute, en même temps qu’il s’irritait, Pemberton songeait au motif très honorable auquel obéissait son élève : il cherchait simplement à faire oublier ainsi qu’il n’était rien de plus qu’un gosse hétéroclite. Si l’on basait sur une autre conception les rapports que l’on avait avec lui, on ne devait s’en prendre qu’à-soi-même de ses mésaventures. Pemberton, en proie à une étrange confusion de désir et d’alarme, attendait donc la catastrophe qu’il estimait être suspendue sur la maison Moreen. Il était certain parfois d’être frôlé par ses symptômes et se demandait quelle forme elle prendrait pour produire l’effet le plus saisissant.

Ce serait peut-être une dispersion soudaine, un sauve-qui-peut effaré, une débandade où chacun se cacherait égoïstement dans un coin. Ils possédaient certainement moins de ressort et d’élasticité qu’autrefois ; il était évident qu’ils cherchaient quelque chose qu’ils n’arrivaient pas à trouver. Les Dorrington n’avaient pas reparu ; les princes s’étaient débandés ; n’était-ce point le commencement de la fin ? Mrs Moreen avait perdu le compte de ses fameux « jours » ; son calendrier social était en proie à une grande confusion, il se trouvait tourné contre le mur. Pemberton soupçonnait que la grande, la cruelle déconfiture avait été l’innommable conduite de Mr Granger qui ne paraissait pas savoir ce qu’il voulait ou — ce qui était pire — ce qu’eux voulaient. Il continuait à envoyer des fleurs, comme pour joncher le chemin de sa retraite qui ne devenait nullement celui de son retour. C’était très bien d’envoyer des fleurs, mais… Pemberton pouvait compléter sa phrase. Il apparaissait clairement qu’en fin de compte les Moreen étaient des épaves sociales ; si bien que le jeune homme se félicitait presque de ce que ce compte ait duré si longtemps. Mr Moreen était certes capable de s’en aller parfois faire des affaires et, ce qui était plus surprenant, de s’en revenir chez lui. Ulick n’avait pas de club, mais on ne l’aurait pas deviné à le voir, tant il continuait à avoir l’air de quelqu’un qui considère le monde du haut de la fenêtre d’une institution de ce genre. Aussi Pemberton fut-il d’autant plus surpris de l’entendre une fois répondre à sa mère sur le ton désespéré d’un homme familiarisé avec les pires priva-