Page:James Henry - L Eleve.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cessé de marcher à l’allure de leurs hôtes. Et, grâce à une pile de malles ouvertes qui encombraient le corridor, l’impression de détention embarrassée qui se dégageait de ce désarroi se mêlait étrangement à un aspect de départ indigné.

Lorsque Morgan se fut rendu compte de tout cela, — et ce ne fut pas long — il rougit jusqu’à la racine de ses cheveux. Il se mouvait depuis l’enfance au milieu des difficultés et des dangers, mais il n’avait jamais été témoin d’une honte publique.[1] Un second coup d’œil permit à Pemberton de remarquer que les larmes lui étaient montées aux yeux, larmes d’une amertume jusqu’ici inconnue. Il se demanda un instant si, pour ménager l’enfant, il ne pourrait pas réussir à faire semblant de ne pas comprendre. Mais tout effort dans ce sens fut rendu vain par l’apparition de Mr et de Mrs Moreen assis sans dîner dans leur petit salon déshonoré, devant leur feu éteint et semblant tourner de tous côtés leurs regards vitreux en quête d’un port pour s’abriter contre une telle tempête. Ils n’étaient point prostrés mais horriblement pâles et Mrs Moreen venait évidemment de pleurer. Pemberton cependant eut vite fait d’apprendre que son chagrin n’était point causé par la perte de son dîner — quelque plaisir qu’elle y prît d’ordinaire — mais par un coup qui l’atteignait encore plus profondément, ainsi qu’elle se hâta de l’expliquer. Il verrait lui-même comment ces grands changements, ce coup de foudre s’étaient produits et comment il leur fallait tous maintenant se débrouiller. Aussi, quelque cruel qu’il fût pour eux de se séparer de leur enfant chéri, elle était obligée de s’adresser à lui et lui demander de pousser plus loin encore l’influence qu’il avait si heureusement acquise sur l’enfant et de l’engager à le suivre dans quelque modeste retraite. À dire vrai, ils avaient absolument besoin de lui pour donner à ce fils délicieux une protection momentanée ; cela laisserait à Mr Moreen et à elle-même une bien plus grande liberté pour donner l’attention voulue au rétablissement de leurs affaires (attention qui avait, hélas ! été jusqu’à présent trop rare).

— Nous nous fions à vous ; nous sentons que nous le pouvons, — dit Mrs Moreen, frottant lentement l’une contre l’autre ses mains blanches et grasses et regardant Morgan bien en face avec componction, cependant que son mari,

  1. WS : typo : ponctuation absente , pb de scan ?